Renaud Dillies

© Cécile Gabriel

Renaud Dillies, petit, croit (comme Charlie) que les hélicoptères sont des sortes de moulins volants et que les nuages sont faits de farine. Quand il ne rêve pas, Renaud écoute des 45 tours de John Lennon. Son père l’initie au jazz, aux big bands, à Amstrong. Sa mère au rock, à l’école british, aux Beatles.

À l’école, comme tout futur auteur de BD qui se respecte, il « préfère regarder le vert de l’arbre dans la cour que celui du tableau ».

Il passe alors la frontière franco-belge et s’inscrit, en humanités, en graphisme et arts décoratifs à Saint-Luc, à Tournai. Ensuite, il étudie l’illustration à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai.

Alors qu’il pense laisser définitivement tomber la bande dessinée, Renaud Dillies remporte le Prix du Meilleur Premier Album à Angoulême avec Betty Blues (éditions Paquet). Il publie ensuite chez le même éditeur Sumato, Mister Plumb et Mélodie du Crépuscule.

Récemment, il ouvre un nouveau chapitre avec les éditions de la Gouttière, chez qui il publie les aventures de L’Émouvantail.